Le lycée Bellevue, un lycée ouvert sur le monde.
Le lycée Bellevue, un lycée des sciences.
Le lycée Bellevue, un lycée des langues et des arts.
Le lycée Bellevue, un cadre idéal pour la réussite.
Le lycée Bellevue, un lieu d'épanouissement et d'engagement.

Les 3 lauréats

Margot Douteau, Titouan Pabeau, Mathilde Scapin, élèves de terminale ES ont été brillamment reçus à Sciences Po Paris.

Depuis deux ans, pour atteindre cet objectif, ils ont effectué un travail personnel intense et participé au module de préparation aux concours de Sciences Po dispensé au lycée Bellevue.

Ces trois élèves ont aussi été reçus à Sciences Po Bordeaux. Depuis cette année scolaire 2017-2018, le lycée Bellevue appartient au dispositif "Je le peux parce que je le veux".

FÉLICITATIONS AUX LAURÉATS !

Nous les avons rencontrés peu de temps après les résultats pour leur poser quelques questions sur leur parcours. Le résultat de cet échange est retranscrit ci-après.

 

Vous êtes admis dans plusieurs écoles, dont sciences Po Paris. Avez-vous fait votre choix ?

- Margot : j'ai effectivement passé les trois concours (sciences Po Paris, Bordeaux et le concours commun) et réussi les trois. Mon choix s'est naturellement porté sur Paris car c'est l'école qui correspond le plus à ce que je voulais. Comme je souhaite par la suite préparer l'ENA, je voulais en priorité intégrer le campus de Paris et c'est ce que j'ai obtenu donc je suis ravie.

- Titouan : De mon côté j'ai passé les concours de Paris et Bordeaux et j'ai eu les deux. J'ai choisi Sciences Po Paris car les masters m'intéressent un peu plus que ceux de Bordeaux. Je suis pris sur le campus de Reims et cela me convient parfaitement car il est tourné vers l'Amérique du Nord et les cours sont en anglais.

- Mathilde : J'ai passé les concours de Bordeaux et Paris. C'est le master de relations internationales de Paris qui m'intéresse le plus et j'étais sur liste d'attente à Bordeaux donc j'ai choisi Sciences Po Paris. D'autant que je suis prise à Reims et qu'un cursus anglophone est un atout pour les relations internationales.

 

Quand l'idée de préparer le concours de sciences Po vous est-elle venue ?laureats sciencespo2018

- Mathilde : c'était en classe de seconde, pendant la journée portes ouvertes du lycée. Je présentais en tant qu'élève l'enseignement d'exploration « littérature et société », et dans la même salle il y avait la présentation du module de préparation Sciences po. Ça m'a donné envie et j'ai décidé de m'inscrire au module. En suivant les cours du module je me suis rendu compte que j'avais le niveau pour passer les concours et ... voilà.

- Titouan : Moi ça remonte à assez longtemps. Je suis d'ailleurs venu à Bellevue en partie car il y avait ce module de préparation à Sciences Po. Au collège j'étais conseiller général jeune de Charente Maritime, j'aimais déjà beaucoup la politique.

- Margot : Moi aussi ça remonte à très longtemps. Dès les présidentielles de 2012 je me suis passionnée pour la politique. Je sais depuis très longtemps que je veux faire de la politique. Au collège j'étais vice-présidente du Conseil général des jeunes, puis j'ai fait mon stage à l'Elysée, et depuis la classe de troisième je veux faire Sciences Po. Je n'étais pas persuadée d'avoir les capacités mais je me disais que je devais tenter ma chance.

 

Pourquoi avoir choisi de faire des études à sciences Po ?

- Titouan : Je n'avais pas envie de me spécialiser tout de suite et Sciences Po était le parcours le plus général que je pouvais avoir. La prépa B/L pouvait aussi convenir mais c'était un « esprit » qui ne me convenait pas vraiment. J'apprécie l'engagement associatif que permet Sciences Po, l'ouverture internationale, la renommée internationale...

- Margot : Pour moi il n'y a pas d'égal à Sciences Po en France. Quelle que soit l'école, que ce soit Paris, Bordeaux... chacune a ses qualités. Sciences Po a un peu le monopole de la formation à l'excellence dans le domaine de la rhétorique, de la politique... La prépa aurait aussi été intéressante mais ce n'était qu'une alternative, je faisais passer Sciences Po avant !

- Mathilde : Pour les mêmes raisons que Titouan et Margot. De plus lorsque j'ai visité le musée de la résistance, une des salariées du musée avait fait Sciences Po Paris et vraiment ça m'a donné envie. Plus tard, la rencontre avec Olivier Weber, dans le cadre du module de Sciences Po, m'a donné envie de me tourner vers la diplomatie, ce qui a renforcé ma volonté de faire Sciences Po.

 

Vous avez participé pendant deux ans au module de préparation Sciences Po que propose le lycée Bellevue. Cela vous a-t-il aidé ?

- Mathilde : Le module m'a surtout apporté des méthodes et m'a appris à m'organiser et à travailler pour préparer les concours. Les cours m'ont aussi aidé car ils étaient vraiment destinés à la préparation des concours. On a aussi eu des oraux de préparation à Sciences po Paris qui m'ont beaucoup aidée à réussir. Plus généralement cela m'a permis de prendre confiance en moi, et notamment à parler en anglais car au début je n'osais pas du tout !

- Margot : Je n'ai participé que cette année au module. Je trouve cela intéressant d'avoir deux heures par semaine durant lesquelles on se retrouve avec d'autres élèves qui s'intéressent à l'actualité. Je n'irais pas jusqu'à dire que ça faisait « ambiance prépa » mais il y avait de l'émulation entre nous. De plus les enseignants étaient toujours disponibles pour relire nos lettres de motivation, nous donner des conseils ou nous entrainer à l'oral. Il y avait vraiment un soutien psychologique de l'ensemble des professeurs, pas seulement ceux du module. C'est une présence que j'ai beaucoup aimée et qui a été primordiale.

- Titouan : Pour moi c'est à peu près pareil. Les entrainements à l'oral ont été très importants pour le concours de Paris. Le soutien des professeurs aussi durant les deux années du module. Le lien que le lycée a conservé avec les anciens élèves qui sont aujourd'hui à Sciences Po est également important. Et surtout, comme l'a dit Margot, j'ai aimé l'esprit qu'il y avait entre nous.

- Mathilde : Effectivement on a beaucoup travaillé en groupes. On s'est par exemple réparti les tâches dans le suivi de l'actualité. D'ailleurs le groupe Facebook du module Sciences Po m'a aidée dans ce domaine car les professeurs y partagent des articles en lien avec les actualités les plus récentes.

 

Comment vous voyez-vous dans 10 ans ?

- Margot : Je veux être dans la haute fonction publique. Je ne sais pas encore trop où je passerai mon année à l'étranger mais je voudrais un pays anglophone. Ensuite je vise le master « affaires publiques » à Sciences Po Paris. Puis j'ai envie de tenter le concours de l'ENA. Je me vois plus tard au sein d'un ministère comme conseillère par exemple. Et à terme faire peut-être une carrière politique...

- Titouan : il y a des masters qui m'intéressent mais pour l'instant je n'ai pas de profession bien définie. Je me vois plutôt dans le public, sans doute dans le domaine de l'économie car c'est quelque chose qui m'intéresse énormément. Peut-être l'urbanisme ?

- Mathilde : Moi je me vois travailler à l'étranger, par exemple en Russie car il y a pas mal de choses à y faire. Dans la promotion culturelle ou dans la diplomatie.

 laureats sciencespo2018.1