jesuischarlie

En réaction aux attentats meurtriers dans les locaux de Charlie Hebdo et du supermarché Casher, des élèves ont tenu à exprimer leur indignation et ont pris la parole devant leurs camarades puis devant le Palais de Justice lors du rassemblement citoyen du vendredi 9 Janvier 2015.

 

Le texte qui suit a été rédigé par les élèves.

 « Si le rire, sacrilège blasphématoire que les bigots de toutes les chapelles taxent de vulgarité et de mauvais goût, si ce rire là peut parfois désacraliser la bêtise, exorciser les chagrins véritables et fustiger les angoisses mortelles, alors oui, on peut rire de tout, on doit rire de tout, de la misère, de la guerre, de la mort ». C'est du Desproges.

Lorsque l'idée d'un discours est apparue, plusieurs volontaires se sont manifestés. Nous voici.
Je ne vais pas trop m'attarder en introduction. Mais sachez que nous ne sommes ni des auteurs, ni des philosophes, que nous ne nous connaissons pas forcément énormément entre nous, mais nous avons tous été choqués par ce massacre, peut-être pas tous pour les mêmes raisons. Alors, nous nous sommes concertés, et chacun a écrit une partie du discours qui suit. En espérant qu'il permette, de désacraliser la bêtise criminelle, d'exorciser notre chagrin, et de fustiger nos angoisses, avant qu'elles soient mortelles.

I

Ce n'est pas seulement une attaque à des êtres humains et à un pays que la rédaction de Charlie Hebdo vient de subir, mais c'est aussi une atteinte à notre liberté d'expression. Car la possibilité de s'exprimer est tout d'abord un droit fondamental de notre société et ce, peut importe nos idées. C'est aussi cette liberté d'expression de dire ce que l'on pense qui a permis d'avancer et d'évoluer à notre société. La mort de ces 12 personnes est donc, en plus d'être un acte barbare et odieux, une grave atteinte à cette liberté d'expression qui nous est si chère et pour laquelle de nombreux peuples se sont battus afin de l'obtenir. D'ailleurs, les nombreuses manifestations de soutien en France et dans le monde montrent que nous ne sommes pas seuls ici à Bellevue à croire en la liberté d'expression, de pensée, de réunion, comme le croyait aussi Cabu, Charb, Tignous, Wolinski et tous ceux qui sont morts ici hier alors qu'ils travaillaient à montrer leurs idées, à symboliser la démocratie. Nous ne sommes les seuls ici à Bellevue à croire que s'exprimer peut changer les choses, à croire que s'exprimer peut permettre au gens d'appréhender le monde et de le changer. Bien sur, certains diront que tout ça n'est que temporaire et que dans quelques jours tout le monde arrêtera de penser à Charlie, enlèvera Charlie de sa photo de profil, et que tout reviendra comme avant, jusqu'à la prochaine attaque. Mais non. Nous à Bellevue, nous croyons qu'il est possible par petit pas de changer les mentalités et de suivre l'exemple de ces hommes qui sont morts pour pouvoir dire ce qu'ils pensaient du monde qui les entoure après avoir travaillé toute leur vie malgré les critiques et les menaces. Non, ils ne sont pas morts pour rien, ils seront toujours quelque part au plus profond de nous à chaque fois que nous nous insurgerons contre une situation injuste. Ces hommes nous permettent de prendre conscience que nous devons nous battre au quotidien pour cette liberté comme on se battrait pour notre vie et encore plus aujourd'hui après ce crime barbare. Ces 12 hommes sont morts en héros, n'en faisons pas des martyrs

II

Aujourd'hui nous sommes rassemblés sous un seul et même nom : Charlie.
Car, oui, notre société nous sépare de plus en plus. Mais regardez ce qu'un événement aussi tragique soit-il peut générer de beau. Moi quand je nous vois rassembler ici aujourd'hui pour que le silence ne tombe pas, que la liberté d'expression continue son chemin, dans ce genre de moment moi j'ai de l'espoir.
J'aimerai que rien ne nous fasse taire et que nous arrêtions de banaliser tout ce qui nous entoure, de faire bouger les choses sans en appeler à la fatalité parce que ces journalistes ont été assassinés parce qu'ils ne se sont pas tus, parce qu'ils ont défendu leurs idéaux.
Et c'est en nous faisant entendre que nous perpétuerons leur mémoire.
Les journalistes du Charlie Hebdo avait du mal à sortir la tête de l'eau et à ne pas mettre la clé sous la porte à la fin du mois mais ils ont continué à dessiner, à nous faire rire, à espérer.
Je ne me tairai pas. Ne vous taisez pas non plus. Je crois que c'est ce que des journalistes voudraient voir, je crois que c'est ce dont des journalistes voudraient parler : Que les gens continuent de tenir à la liberté d'expression, continuent à en voir la valeur.

III

Les gens de confession différente, d'opinion politique differente, de culture différente s'unissent pour dénoncer la barbarie. Les citoyens du monde s'unissent pour faire sortir le Monde du cauchemar qu'il est en train de vivre, ici en France mais aussi et surtout dans les pays en proie aux dérives sectaires. Ils ont voulu mettre la France a genoux, ils l'ont mise debout et aujourd'hui plus que jamais je suis fière d'être Francaise. Et parce que nous nous unissons pour des événements aussi terrible que celui-ci et que nous continuerons à nous unir et a nous assembler et pour cela nous devons parler, communiquer, échanger, avec des mots ou des dessins comme certains de nos compagnons, qui, corps et âme ont continué, jusqu'au bout, à dénoncer à la pointe de leur crayon et j'insiste la pointe de leurs simple crayon les "travers" de la société qu'il percevait et voulais montrer au monde. Car même si la pointe aiguisée de leur crayon piquait et pouvait offenser, seule la critique permet de faire avancer les choses et leurs critiques et caricatures étaient là non pour provoquer des réactions extrémistes mais pour permettre au Hommes de réfléchir et parce que Charlie Hebdo était une facette de la liberté d'expression nous devons répondre a cet acte en faisans briller cette liberté haut et fort or c'est ce que nous faisons là, en ce moment même, moi, nous et vous. Car oui vous exprimez votre liberté en venant écouter ce discours car en faisant ce choix vous soutenez et accalamez ce qui vous jailli du cœur : votre liberté.

Car comment des hommes parviennent-ils à s'entre-tuer ? Peut-être a cause de cette fracture qui écarte nos sociétés et qui nous empêche de nous comprendre, de nous ressentir et de nous sentir proche et humains entre nous ! Peut-être à cause du manque de communication, du manque de partage ou du manque de connaissance d'autrui.

On en est là. On a tous une gueule de bois incroyable. Je n'étais pas un lecteur assidu de Charlie Hebdo, mais j'ai énormément d'affection pour ce journal. Et, évidement, quand des gens que tu admires se font assassiner, ton premier réflexe est de chercher un coupable. A l'heure ou j'écris, aucun coupable n'a été trouvé. Alors, on pourrait avoir envie, comme on le fait trop souvent en temps de crise, de se replier sur soi, sur sa communauté, je penses que c'est une connerie. C'est du communautarisme que naissent la peur et la haine, et c'est tout ce dont nous n'avons pas besoin aujourd'hui. Et dont nous n'aurons jamais besoin. Quand, à la demande de trois ami(e)s qui se reconnaîtront j'ai créé un groupe facebook pour voir comment, les Lycéens et Professeurs de Bellevue pourraient réagir, j'ai vu que très vite ont été invité sur ce groupe des gens que je ne connaissais pas, des gens que je n'aimais pas, des gens que je n'aurais jamais cru intéressé par Charlie Hebdo. Et, sur ce groupe, il n'y a eu aucun effet de groupe et c'est une bonne chose. On a vite eu plein d'idées, on a pensé à organiser un discours, une manif...et plein d'autres choses.

Alors, si cette union, ce regroupement, a pu faire s'activer notre lycée et faire suffisamment de bruit pour être entendu par tout ceux qui liront ou entendront nos textes. Je ne peut en conclure que c'est avec la même idée d'union, sans parler d'amitié universelle et de fleurs dans les champs, que nous pouvons dénoncer ce crime. Alors. Non, ça ne changeras rien. 12 personnes sont mortes, et parmi elles, des grands artistes. On ne peut pas, nous, lycéens de Bellevue, éradiquer les extrémismes.
Oui, nous avons conscience d'être vain. Mais putain ! Vaut mieux parler en vain que de se taire !

CONCLUSION

Donc, il nous faut rappeler. Que la barbarie n'a pas plus de drapeau que l'union, et qu'aucune communauté ne doit pâtir de cette tuerie, orchestré par trois, peut être plus, déséquilibrés. Comme beaucoup d'entre vous, je sais ce que c'est de se sentir réduit à tel ou tel part de votre vie, que ce soit une religion, une orientation politique, ou que sais-je d'autres. Et si vous n'avez pas vous même été victime, vous devez connaître quelqu'un qui en a souffert ? Alors, dans des circonstances aussi tragiques, pensez-vous vraiment que c'est le moment d'accuser une communauté ? Quand bien même les criminels en feraient partie ? Lorsqu'on a chercher un slogan, plusieurs phrases sont sortis. Certaines ont été inventé par des lycéens, d'autres sont des citations de personnalités, mais beaucoup vont dans le même sens : « "Le terrorisme est un danger, l'amalgame en est un autre" » ; "Éradiquons le radical qui sommeille en chacun" ; « soyons mutins avant de voir le noir », ou encore, vous vous en doutez, le fameux « Je suis Charlie ». Rendez-vous compte : Presque 500 personnes avaient rejoins le groupe 3 heures après sa création. Mine de rien, et malgré le coup derrière la tête que nous a donné cette nouvelle, et le dégoût de l'humanité que peut procurer de tels actes, il nous reste, et je finirais par ce mot, de quoi espérer.

Prochains évènements

Aucun évènement trouvé

Les Blogs Pédagogiques

Connexion