Pour ne pas oublier

Monsieur Guy Chataigné, résistant et déporté au camp de Sachsenhausen près de Berlin durant 28 mois (janvier 1943 à avril 1945), est venu rencontrer, jeudi 9 avril, des lycéens de 1ère au lycée Bellevue.

Il est venu accompagné de Christine Cavaillès, fille de Michel Cavaillès, résistant et déporté dans le même camp, aujourd’hui disparu, qui met toute son énergie à œuvrer pour la mémoire de la résistance et de la déportation alors que l’ère des témoins touche à sa fin. Le troisième invité était Jean Claude Matous, neveu de Maurice Chastang, maire de Saint Fort en 1942, résistant et lui aussi déporté au camp de Sachsenhausen dont il ne revint pas.

Cette rencontre se fit en deux temps : Guy Chataigné présenta tout d’abord son engagement, parfois insouciant, de jeune homme de 17 ans dans la résistance puis sa déportation vers le camp de Sachsenhausen et sa tragique expérience de l’univers concentrationnaire. Dans un second temps, les élèves purent l’interroger. A la question que tout un chacun se pose, « Comment avez-vous tenu ? » il répondit avec toute la modestie de celui qui sait combien sa survie tint presque autant au hasard, la chance qu’à la solidarité entre compagnons d’infortune.

Cet inlassable engagement de Guy Chataigné auprès des jeunes dure depuis presque 40 ans ; souhaitons encore entendre longtemps sa voix... surtout par les temps qui courent…

« Une génération qui ignore son histoire n’a pas de passé ni de futur. » (Robert Heinlein)

Les Blogs Pédagogiques

Connexion